Un séisme politique sur Twitter ! Qui ressent la secousse ?

Aujourd’hui à 9h43 (heure de Paris), un séisme de forte magnitude a eu lieu sur la twittosphère. Son épicentre se trouve rue de Solferino, au siège du Parti Socialiste, et plus précisément, dans le bureau de son Premier Secrétaire, Jean-Christophe Cambadelis .
IMG_0630.PNG
Après avoir fait trembler toute la classe politique, ce message simple en moins de 140 caractères risque de faire couler beaucoup d’encre, de nombreux analystes politique feront une lecture et y verront ces interprétations :
– un simple règlement de compte entre M Cambadelis et un Ministre n’ayant pas assez à régler avec son maroquin et désirant s’initier dans la politique politicienne. => le PS ressent la secousse
– un ministre dépressif et pessimiste qui baisse les bras trop tôt en vue de la bataille électorale de cette fin d’année, à un tel point qu’il souhaite déjà des alliances pour le second tour => le gouvernement ressent la secousse
– une guerre d’égo, => le ministre anonyme ressent la secousse
– une ouverture du parapluie de la part de JC Cambadelis sentant la débâcle arriver, => le PS ressent la secousse
– la fin du front républicain, en effet une alliance ne sera désormais plus possible entre le premier parti de gauche et la droite républicaine pour faire face au FN, car le parti de M Sarkozy a décomplexé le langage xénophobe … => le parti Les Républicains ressent la secousse
– …

Personnellement, je pense qu’il y a un peu de tout ça dans ce simple tweet, mais surtout, là où Jean-Christophe Cambadelis l’a joué très fin (malgré la forme du tweet semblant plutôt brute), c’est que ce message sur Twitter est un appel au vote utile dès le premier tour que l’on peut traduire de la sorte :  » Si vous ne voulez pas un second tour Les Républicains / FN qui nous obligerait à des alliances et négociations peu confortables, VOTEZ PS dès le 1er tour. ». => les petites formations politiques de gauches ( EELV, FDG, …) ressentent la secousse

Mais là où il y a erreur dans tout ça, c’est que le FN se trouve naturellement sur le premier rang la scène politique, en situation de leader et de première force d’opposition, car le parti d’extrême droite passe désormais pour la formation à battre.
Mais, j’y pense: N’est-ce pas aussi ce qui est recherché par le PS de JC Cambadelis ?

« Le MJS n’est pas la jeunesse. » Mais que se passe t’il au sein de la communication du PS ?

Pour vous situer le contexte rapidement, ce week-end, il ne vous a pas échappé que se déroulaient les Universités d’Été du PS (UEPS), et durant cet événement, E. Macron et M. Valls, Ministre et Premier Ministre très controversés au sein du majorité du PS, se font chahuter par les membres du MJS ( Mouvement des Jeunes Socialistes ).

La communication mise en place par le parti pour contrer cet affront est de dénigrer le MJS en faisant croire que le MJS ne représente pas les jeunes.

Ma réponse

À ces socialistes qui suivent et affirment que « Le MJS n’est pas la jeunesse », je leur réponds tout simplement, comment le ps en est arrivé à avoir un mouvement des jeunes si déconnecté qu’il ne représente plus la jeunesse?
Ou vote donc la « vraie » jeunesse, au FN ?

Il vous reste moins de 2 années …

Le Valls et l’agneau ! ( Impôt à 75%, salaires de patrons, indemnités prud’homales)

Mais qu’il est loin le temps des promesses de 2012, oublié le discours du meeting du Bourget.
Une fois élu, Le Président Hollande nous démontre que la donne n’est plus la même en nommant comme Premier Ministre « Monsieur 6% aux primaires socialistes ».

Sous Hollande / Valls:

On oublie :
L’impôt à 75% sur les revenus supérieurs à 1.000.000 €, une des mesures les plus emblématiques du candidat Hollande, promesse achevée par Manuel Valls ( lien ici)

On oublie aussi :
Le plafonnement des salaires des patrons. Autrement dit, il n’y aura pas d’encadrement de la rémunération des patrons du privé, comme dans le secteur public où l’écart maximal entre le plus petit salaire et le plus grande salaire à été fixé à 20. Promesse achevée, cette fois par P. Moscovici .

Pour échange :
M. Valls, celui-là même qui ne cesse de nous rappeler qu’il est socialiste (peut-être essaie-t-il de se convaincre), nous propose un plafonnement des indemnités prud’homales . C’est à dire que le gouvernement plafonnera les indemnités prud’homales accordées aux salariés licenciés sans cause réelle et sérieuse ( lien ici)

Donc,
Ne me faites pas dire que ce gouvernement favorise le patronat au détriment de l’ouvrier, mais j’assume le rapprochement de la politique actuelle avec ce que disait déjà La Fontaine à son époque: pour ce gouvernement comme pour un autre « La raison du plus fort est toujours la meilleure » IMG_9731.JPG

Ce « totalement in love », est il le nouveau « Je t’aime … moi non plus » ?

La tempête après la division entre une partie des députés PS et le chef du gouvernement semble se calmer, en effet, dans la presse du jour, nous apprenons que les relations entre le Premier Ministre Manuel Valls et les députés PS s’améliorent.
20140513-213945.jpg
Après la réunion du jour entre le gouvernement et le groupe PS au sein du Palais Bourbon, Annick Lepetit, une des porte-parole des députés de la majorité déclare : « J’ai trouvé qu’il y avait une très bonne ambiance. Entre le gouvernement et le groupe, c’était ce matin totalement in love« .

Totalement in love

Je n’espère qu’une chose, c’est que ce « totalement in love » signifie que l’abcès entre les 41 députés frondeurs et le locataire de Matignon a été percé, qu’un réel dialogue a eu lieu, sans tension ni pression.
Qu’une écoute réciproque est définie au préalable et que les différents courants internes au parti, représentés par des élus, auront leur mot à dire.

Sinon

Il ne faudrait surtout pas que cette expression soit le couvercle que l’on pose sur une cocote minute déjà en ébullition. Avec cette simple phrase téléguidée, Manuel Valls étoufferait la gronde des frondeurs aux yeux des médias et les condamnerait, du coup, au silence médiatique .
Dans ce cas, la cocotte est vouée à l’explosion … reste à patienter jusqu’au prochain débat qui divisera sûrement la majorité .

41 courageux, mais sont ils téméraires ?

Cette journée du 29 Avril peut se résumer à ces cinq nombres:
265, 232, 67, 41 et 50 milliards.

20140429-234425.jpg

Cependant, c’est le chiffre 41 qui marquera davantage cette journée . 41, comme les 41 frondeurs socialistes qui ont préféré s’abstenir, par conviction et stratégie, lors du vote du pacte de stabilité proposé par Manuel Valls.

Ces 41 députés, n’ont pas fini de faire couler beaucoup d’encre .

Inconscients aux yeux des plus vertueux de l’appareil socialiste, lâches pour certains cadres du FDG qui auraient préféré un vote contre, courageux et fins stratèges pour les militants et sympathisants socialistes ne souhaitant pas ce pacte, ils collectent une multitude de qualificatifs.
Ces 41 députés ont réussi un véritable coup de maître : en un seul vote, ils sont parvenus à faire trembler la République tout en mesurant le risque. En effet, une dissolution de l’assemblée pouvait être légitimement exigée de la part de l’opposition si le vote n’avait pas été ratifié, et étant donné la popularité actuelle de la majorité en place, je vous laisse imaginer la suite .
Avec un tel avertissement donné à l’exécutif, les frondeurs ont prouvé que le gouvernement n’avait plus la majorité absolue de 289 députés (je vous rappelle qu’ils étaient 265 votants pour) au sein du Palais Bourbon, et surtout que les socialistes ne sont pas les moutons que le Premier Ministre pensait à sa disposition.

Avertissement sans frais pour Valls et les députés frondeurs .

Ces 41 frondeurs, sont ils des kamikazes, seront ils capables, un jour, de mettre en jeu leur siège et la majorité en votant comme l’opposition ? Je préfère ne jamais le savoir.
En attendant, le locataire de Matignon devrait ressortir de cette épreuve avec un certain sentiment de vulnérabilité, et en espérant qu’il ait pris conscience que rien ne lui était acquis. Dans ce cas précis, l’exécutif et le législatif ont joué aujourd’hui de leur pouvoir de dissuasion, ce qui nous promet dans l’avenir plus de dialogue et d’écoute mutuels.

PS: le détail des votes est ici .

François Hollande, le retour d’un monstre politique ?

20140419-193922.jpg

C’est lors d’un déplacement à Clermont-Ferrand que le Président Hollande a eu une phrase forte en engagement ayant eu de l’écho dans toute la presse.

Je cite:
« Si le chômage ne baisse pas d’ici à 2017, je n’ai, ou aucune raison d’être candidat, ou aucune chance d’être réélu »

Mais quelle mouche l’a donc piqué, à notre Pépère?

Je ne reconnais plus le « François Président », mais retrouve avec une certaine joie mon « François candidat » doté d’un certain esprit de combativité et d’engagement .

Imaginons un seul instant que le chômage ne baisse pas.

Si ce scénario catastrophe, peu probable, se produit, le Président Hollande ne se représenterait pas, il s’en engage. Mais là où François Hollande a été fin tacticien politicien, c’est que, non seulement, il emmène avec lui son Premier Ministre, Manuel Valls (principal rival dans la maison socialiste) qui sera jugé co-responsable de cet échec par les Français. Mais il entraîne aussi la gauche (qui va voter pour une gauche incapable de redresser le pays), achevant les ambitions naissantes de Julien Dray et autres socialistes désirant des primaires à gauche pour 2017.
Comme on dit: « Une pierre, deux coups ».

La politique du Président Hollande réussie, le chômage baisse sensiblement.

Dans ce cas, scénario le plus probable, le Président sortant empochera seul tous les fruits de cet engagement et de sa politique en matière d’emploi . Ce qui lui permettrait de partir grand favori pour 2017, éliminant, aussi, naturellement tout idée de primaires à gauche .

Un monstre politique ?

Personnellement, j’apprécie ce changement de communication, due ou pas au départ de Morelle, qui replace Hollande comme acteur principal de la politique en France. Je ne pense pas qu’il ait réellement le choix, il a désigné un omni-Premier Ministre, occupant les médias, multipliant les interventions, monopolisant l’attention de l’opposition …
Le monstre politique, gagnant allègrement les primaires à gauche et les élections de 2012, est contraint de quitter ses chaussons de Président pour entrer dans un ring.
Délectation à venir, ceci annonce le retour des petites phrases assassines dont il est un des rares hommes politiques à en avoir la recette .

Cambadélis : Me donne t’il raison d’être vigilant ?

20140414-120911.jpg

Toujours à l’affût d’informations concernant mon parti, ce matin, je fais un rapide tour sur le blog du futur Premier Secrétaire, le blog de Jean-Christophe Cambadélis.

Afin de consolider sa nomination par son prédécesseur et de prouver sa légitimité à la tête du Parti Socialiste, ce dernier publie sur son blog personnel un sondage BVA / Itélé lui donnant un score plutôt flatteur .

Je cite:

« Selon un sondage BVA-iTélé paru ce jour, 52% des français approuvent la nomination de Jean-Christophe Cambadélis comme premier secrétaire du Parti socialiste. »

Et là, commence ma remise en question. 52% des Français approuvent, c’est énorme! Je n’ose même pas imaginer son score au sein des militants et sympathisants socialistes. Puis si 52% des Français approuvent le personnage à la tête du parti de la majorité, c’est que son travail en temps qu’élu Parisien est connu et reconnu.
Pour finir, 52% des Français ont donc aussi fait table rase de ses condamnations.

Faut que je passe outre mes aprioris concernant le camarade Jean-Christophe.

Décidant savoir si ce sondage BVA pour Itélé publiait d’autres questions sur la nomination du futur premier secrétaire, je me décide donc de faire un tour sur le site de BVA et tombe sur l’intégralité du dit sondage

Et là :

20140414-124734.jpg

Je m’aperçois que le néanmoins camarade Jean-Christophe oublie de mentionner sur son blog une information importante :
52 % des Français sont favorables à sa nomination parmi les 35% de personnes interrogées le connaissant, donc, pouvant s’exprimer.

Le résultat mérite donc d’être fortement relativisé et Jean-Christophe Cambadélis, à mes yeux, perd à nouveau du crédit en publiant des info « arrangées ».
Cet enfumage (volontaire ou pas) des chiffres met à mal mon militantisme et alimente ma méfiance à son égard, cette méfiance aux bases solides due à son passé judiciaire et son mode de nomination.