Un séisme politique sur Twitter ! Qui ressent la secousse ?

Aujourd’hui à 9h43 (heure de Paris), un séisme de forte magnitude a eu lieu sur la twittosphère. Son épicentre se trouve rue de Solferino, au siège du Parti Socialiste, et plus précisément, dans le bureau de son Premier Secrétaire, Jean-Christophe Cambadelis .
IMG_0630.PNG
Après avoir fait trembler toute la classe politique, ce message simple en moins de 140 caractères risque de faire couler beaucoup d’encre, de nombreux analystes politique feront une lecture et y verront ces interprétations :
– un simple règlement de compte entre M Cambadelis et un Ministre n’ayant pas assez à régler avec son maroquin et désirant s’initier dans la politique politicienne. => le PS ressent la secousse
– un ministre dépressif et pessimiste qui baisse les bras trop tôt en vue de la bataille électorale de cette fin d’année, à un tel point qu’il souhaite déjà des alliances pour le second tour => le gouvernement ressent la secousse
– une guerre d’égo, => le ministre anonyme ressent la secousse
– une ouverture du parapluie de la part de JC Cambadelis sentant la débâcle arriver, => le PS ressent la secousse
– la fin du front républicain, en effet une alliance ne sera désormais plus possible entre le premier parti de gauche et la droite républicaine pour faire face au FN, car le parti de M Sarkozy a décomplexé le langage xénophobe … => le parti Les Républicains ressent la secousse
– …

Personnellement, je pense qu’il y a un peu de tout ça dans ce simple tweet, mais surtout, là où Jean-Christophe Cambadelis l’a joué très fin (malgré la forme du tweet semblant plutôt brute), c’est que ce message sur Twitter est un appel au vote utile dès le premier tour que l’on peut traduire de la sorte :  » Si vous ne voulez pas un second tour Les Républicains / FN qui nous obligerait à des alliances et négociations peu confortables, VOTEZ PS dès le 1er tour. ». => les petites formations politiques de gauches ( EELV, FDG, …) ressentent la secousse

Mais là où il y a erreur dans tout ça, c’est que le FN se trouve naturellement sur le premier rang la scène politique, en situation de leader et de première force d’opposition, car le parti d’extrême droite passe désormais pour la formation à battre.
Mais, j’y pense: N’est-ce pas aussi ce qui est recherché par le PS de JC Cambadelis ?